mercredi 12 juillet 2017

Quand un portrait de Kateb Yacine provoque le limogeage d'un responsable de théâtre

https://observalgerie.com/actualite/societe/quand-un-portrait-de-kateb-yacine-provoque-le-limogeage-dun-responsable-de-theatre/

Tournée en Algérie du Cadavre encerclé / Pot Commun

Chères amies, Chers amis,
Du 21 au 26 octobre 2017

La Compagnie LES MONTURES DU TEMPS 
sera au FESTIVAL INTERNATIONAL DE THEATRE DE BEJAIA 
avec LE CADAVRE ENCERCLE de KATEB YACINEmis en scène par Anaïs Cintas

Cette pièce revient sur le massacre du 8 mai 1945, sur une lutte, celle de la Résistance du peuple algérien.  
Participer au FESTIVAL INTERNATIONAL DE THEATRE DE BEJAIA représente un budget important pour notre compagnie,
c’est pourquoi nous VOUS adressons ce message aujourd’hui !
Nous lançons donc cette campagne de « financement participatif » en espérant pouvoir récolter les fonds nécessaires afin de soutenir ce projet artistique.Cette collecte nous permettra de couvrir une partie des frais à engager par notre compagnie pour le voyage de 11 personnes jusqu'en ALGERIE 
Le POT COMMUN est maintenant ouvert !

Pour nous aider à partir parce que oui, la mobilité internationale à un coût, merci de cliquer sur le lien suivant ou de le faire suivre 
et solliciter celles et ceux qui pourraient être sensibles à notre projet  :

 MERCI À TOUTES ET TOUS POUR VOTRE FIDÉLITÉ ET VOTRE SOUTIEN 
AFIN QUE NOUS NE RESTIONS PAS À  QUAI !!!

L'ensemble de l'équipe du Cadavre encerclé prêt à partir !!!

vendredi 21 avril 2017

Disparition d'Armand Gatti par BHS in Le Soir d'Algérie

LeSoirdAlgerie.com
Quotidien algérien indépendant


Culture : Disparition d’Armand Gatti 
Un immense poète du XXe siècle 

Source de cet article :


Lundi 17 avril 2017


Nous l’avions quitté en train de chanter en italien, à voix haute, après avoir ouvert et feuilleté mon nouveau recueil de poèmes «Les Persévérants», tout juste offert. Plus qu’une offrande, un devoir intime à l’égard d’un aîné. Tout comme cette visite éclair ellemême, en dehors des horaires prescrits. C’était le 3 avril au service urologie de l’hôpital Begin de Saint-Mandé (Val-de-Marne) où Armand Gatti avait été placé. Il venait de finir son déjeuner et rêvassait, allongé sur son lit, dans son pyjama bleu-ciel, seul dans cette chambre. Une fois réveillé, il s’était mis à parler de la résistance, du maquis du Corrèze, du chantier théâtral, lancé là-bas. Il était ailleurs, comme habité… Absolument rien ne laissait présager que le cœur de ce grand gaillard de 93 ans, fort et ancestral comme un chêne, qui était son arbre de prédilection, allait lâcher trois jours plus tard, au matin. Plein de vitalité, il était l’attraction du service. «Un charmeur», nous confiait, avec un sourire complice, l’infirmier d’origine oranaise. Tout à fait confiant, ce dernier nous avait informé qu’on allait le mettre en maison de retraite, car dorénavant, il aurait besoin d’une assistance permanente. Une heure plus tôt, à Montreuil, Béatrice la Bretonne, mon frère Badis et moi, nous avions trouvé la porte de la bâtisse qui abrite la Parole errante, désespérément close. La Maison de la poésie, mitoyenne, lieu de création ouvert et aménagé par «la tribu» de Gatti au prix d’une longue ténacité, venait d’être reprise par la Ville de Montreuil, passée à droite. Et ce, malgré une résistance et une mobilisation désespérée. Au fond, cette matinée-là, dans l’air, ça sentait bien la fin de l’aventure de la Parole errante. Une fois Armand Gatti parti… Et cet immense poète-dramaturge du XXe siècle s’en est allé discrètement… Sans nous laisser le temps de rendre cet hommage à son ami Kateb Yacine, que nous envisagions fermement, depuis quelques années, et plusieurs fois reporté. Depuis précisément 2011, lorsque j’avais fait ramener Armand Gatti avec son fils Stéphane, pour un hommage itinérant à Kateb Yacine, organisé par les CCF de quatre villes d’Algérie. Gatti foulait, pour la première fois, la terre d’un pays qu’il avait découvert presque 60 avant. C’était lorsque, durant sa vie de grand journaliste, après la libération de la France, il avait été envoyé par Le Parisien libéré en reportage à Alger. Incroyable rencontre ! Gatti nous avait raconté qu’à cette époque-là, lorsqu’il partait en reportage à travers le monde, il refusait de rencontrer «les politiciens» et préférait découvrir un pays, une ville, par «ses fous et ses marginaux». Il faut être un poète (et un vrai !) pour avoir une telle démarche. Et Gatti en était un et des plus radicaux : c’était un anarchiste libertaire, fils d’un anarchiste italien, éboueur de son état, mort après un tabassage par la police de Monaco, lors d’une grève en 1952. Armand Gatti (de son vrai prénom Dante Sauveur) est né au Tonkin, un bidonville de cette principauté. Comme celles de Camus et Sénac, sa mère était femme de ménage. Très tôt, l’école ne voulait plus de Gatti. A 16 ans, en 1942, celui-ci plongeait dans la clandestinité, dans un maquis de Corrèze. Et dans le maquis, il découvrait simultanément Henri Michaux et Antonio Gramsci. Le décor était planté pour une trajectoire, hors du commun, de poète insoumis à toute forme d’institution, y compris culturelle. Armand Gatti fut ainsi maquisard sous l’occupation. Arrêté sur dénonciation, il fut condamné à mort puis gracié, à cause de son jeune âge. C’est alors qu’il partit en Angleterre, en 1944, et intégra le Spécial Action Service (célèbre SAS), comme parachutiste et participa à la bataille de Hollande. Après la libération de la France, il se lança dans une carrière de journaliste dans Le Parisien, Paris-Match, Le Parisien libéré, Libération. Il décrochera même le prix Albert Londres, en 1952. Il sera ensuite, un certain temps, cinéaste, avant de s’installer pour toujours, dans le théâtre, comme auteur et metteur scène. Gatti était un amoureux fou du mot. Il se considérait comme «un passeur des paroles d’hommes». Toute sa vie, il aura été à l’écoute des sans-voix, au sein desquels, comme Pasolini dans le cinéma, il puisait ses comédiens : marginaux, taulards, petits durs, fous,… Il les appelait ses «loulous» et leur rendait ainsi une dignité arrachée par le destin social. … Et justement, en matière de destin, durant ce séjour de reportage à Alger (vers 1952-53), de fil en aiguille, Armand Gatti s’était retrouvé à l’hôpital psychiatrique de Blida, en compagnie d’un certain Frantz Fanon qui dirigeait celui-ci. L’auteur des Damnés de la terre lui présentait ces fous visionnaires que Gatti recherchait tant, lorsqu’une femme s’était jetée sur lui et, agrippée à ses épaules, le suppliait d’aller à la recherche de son fils et ses deux filles, dont elle était sans nouvelles. Gatti avait pris note. C’était la mère de Kateb Yacine. Elle avait perdu la raison durant la répression du 8 Mai 45 et l’arrestation de son fils. On lui avait dit que son fils avait été fusillé. Yacine lui consacrera un poème, La rose de Blida et lui rendra hommage à la fin du Polygone étoilé. Dès son retour à Alger, Gatti s’était mis à la recherche de Kateb Yacine qui n’allait pas tarder à se présenter, un matin, à son hôtel. A ce moment-là, il travaillait comme docker au port d’Alger, pour nourrir ses sœurs, tout en collaborant à Alger Républicain. Ce matin-là, aussitôt, il s’était mis au service de Gatti, lui servant de guide. Puis, il s’était embarqué avec lui pour la France ! C’est là que le destin de l’écrivain Kateb Yacine s’était profilé, dans le ciel de la mer Méditerranée… Une fois à Paris, Kateb Yacine avait habité chez Armand Gatti. Celui-ci le prendra sous son aile et le fera bénéficier de ses relations dans le milieu artistique. Par la suite, Kateb Yacine prendra toujours conseil auprès de Gatti. Notamment lorsqu’il rencontrera Jean-Marie Serreau, autre astre de l’univers théâtral, qui voulait monter Le Cadavre encerclé. C’était en 1957 et Gatti lui avait dit : «Vas-y, c’est une chance pour toi.» Le cheminement de l’Histoire, souvent aléatoire, aura voulu que ce soit Kateb Yacine qui parte le premier (le 29 octobre 1989 à Grenoble) et qu’ensuite Gatti vienne en Algérie rendre hommage à son ancien protégé et admiré, en ce mois de novembre 2011. Les voilà disparus tous les deux. Poètes sans pareils. 
B. H. S. 

N. B. : pour ce qui concerne la vie d’Armand Gatti, il faut lire l’admirable travail de Marc Kravetz, grand journaliste, membre fondateur du quotidien Libération. Principalement l’ouvrage-entretien La Parole errante.

jeudi 6 avril 2017

Cher Armand Gatti, nous vous saluons...

Oui, cher Armand Gatti, nous vous saluons...
Et soyez certain que nous continuerons à voler contre le vent... 
En Résistance...
Pour tous les printemps à venir...

Peinture de Stéphane Montmailler